Comment progresser rapidement et apprendre efficacement ?

Je trouve que l’accompagnement est un domaine particulier au sens de l’apprentissage. C’est une des seules pratique que je connaisse où les personnes aimeraient tout savoir d’un coup, du premier coup, sans rien changer chez eux et sans expérience. Comme si c’était magique, oui ça permet souvent de changer rapidement, mais est-ce à dire qu’aucun effort conscient ne doit être fait ?

Changer, c’est apprendre quelque chose de nouveau et le mettre en pratique. Pour changer, il faut au moins changer quelque chose dans sa façon de faire, car si vous continuez de faire ce que vous aviez l’habitude de faire, comment pouvez-vous changer ? Et donc progresser ? Que ce soit dans l’apprentissage de l’Hypnose ou pour nos clients, intégrer quelques mécanismes d’apprentissage me paraît essentiel. En consultation ou durant les formations, je vois tellement de personnes qui savent consciemment ce qu’ils devraient faire mais qui continuent de rester dans leur zone de confort, à faire ce qu’ils croient savoir bien faire. Pourquoi ? peu importe, c’est un processus d’apprentissage inefficace et une perte de temps. Comment progresser et apprendre efficacement ?

Du Temps pour s’Informer

Qui a déjà fait une formation (ou un cours) uniquement théorique, ou le formateur vous parle en lisant à moitié ses polycopiés ? Vous écoutez et c’est intéressant, vous prenez quelques notes. Quelques semaines plus tard, vous vous souvenez vaguement de ce qui a été dit, vous relisez même vos notes mais rien n’a fondamentalement changé dans votre pratique ou votre activité. Pourquoi ?

Parce que vous n’avez pas mis en pratique ce que vous avez appris. Cela paraît évident dit dans le cadre d’une formation et c’est pour ça que la plupart des bonnes formations ont une partie pratique importante, pour permettre aux stagiaires de tester les idées apprises dans un cadre sécurisé.

Si cela paraît évident dans ce cadre, pourquoi la plupart des personnes qui complètent leurs formations en lisant des livres ou en regardant des vidéos ne testent pas ce qu’ils apprennent ? Qui n’a jamais lu un livre sur l’Hypnose en se disant que c’est intéressant mais qui , une fois le livre posé, a oublié ce qui était dedans ?

S’informer au travers de lectures et de vidéos est une excellente idée, mais si vous ne testez pas ce que vous avez lu, ça ne sert à rien.

Imaginez que pour apprendre à faire du vélo, on vous donne une dizaines de livres sur le sujet. Comment poser ses pieds sur les pédales, les 10 meilleures astuces pour garder l’équilibre, les 5 trucs pour tourner efficacement etc. Vous seriez probablement devenu un expert sur la technique du vélo. Mais si vous étiez vraiment motivé par le vélo, vous auriez sans doute, au bout d’un moment, demandé à monter dessus pour faire l’expérience de vos apprentissages, pour tester et apprendre par vous-mêmes. Attendre d’être un expert intellectuellement avant de pratiquer est irréaliste et paralysant. 

Einstein disait « Apprendre c’est expérimenter, tout le reste est information« . Et je remarque que beaucoup restent dans l’information.Trop d’information tue l’information. Tout lire et tout connaître peut apporter beaucoup de confusion, et finir par paralyser car on ne sait plus quoi faire ni par quel bout prendre les choses, les pensées s'emmêlent et il devient difficile de lâcher prise et de laisser son expérience parler.

Du Temps pour Expérimenter

Il paraît donc évident qu’expérimenter les lectures, les vidéos ou certains cours est essentiel à l’intégration et l’apprentissage. Comme pour courir un marathon, il vaut mieux s’entrainer avant.

Pour ma part, je teste quasiment tout ce que je lis, les techniques ou les stratégies qui m’ont plues (et même parfois celles que je trouve étranges). Je les teste de façon brute, puis je les adapte à ma sauce, et ensuite je choisis ou non de conserver ces approches dans ma pratique. En faisant cela, on développe ses connaissances et ses possibilités de stratégies, mais surtout on apprend une chose essentielle : ce n’est pas la technique qui fait la différence.

Car sur qui je teste ? sur mes clients bien sûr, on ne progresse vraiment qu’en condition réelle. Comme un sportif qui peut être le meilleur du monde à l’entrainement et qui s’effondre dès qu’il y a de la pression et de l’enjeu. Est-ce éthique ? Oui, bien sûr car comme je l’ai déjà évoqué, ce n’est pas la technique qui fait la différence, c’est la façon de l’utiliser. Si les techniques étaient la source du changement, il suffirait de lire bêtement des scripts. C’est comment elles sont adaptées à la personne qui est essentiel.

A quoi ça sert de lire et de s’informer alors ? A être adaptable, à avoir un panel d’outils et de stratégies suffisamment important pour gérer de nombreux clients différents. Cela sert aussi à trouver son propre style, sa propre façon de travailler.

Comme le disait Aldous Huxley, « L’expérience n’est pas ce qui vous arrive, c’est ce que vous faites de ce qui vous arrive« . Lire et se former est une expérience, mais si vous n’en faites rien, cela ne restera qu’un souvenir, qu’une possibilité. En faire quelque chose et en tirer une réelle expérience est la véritable forme d’apprentissage.

Combien de personnes ont tout vu et tout lu sur un sujet mais sont incapables de le mettre en pratique ? Combien de personnes je vois enchainer des formations et des stages sans tester et pratiquer ? Sans sortir de leur zone de confort, le seul véritable moyen d’apprendre ?

Et dans la pratique de l’Hypnose ?

Beaucoup de ses points sont aussi valables pour nos clients, qui sont souvent enfermés dans une zone de « confort », ce qui les empêche de changer. Ou même lors d’une induction, avec un client « résistant », récupérer l’information de ce qu’il faudrait qu’il se passe pour que l’état d’Hypnose s’installe, et le transformer en expérience est une technique très efficace.

Comme évoqué dans mon article précédent « La différence qui fait les différences« , une petite différence peut engendrer d’énormes différences pour nos clients si celle-ci est transformée en expérience et remise dans son contexte.

Nous offrons au travers de l’Hypnose un champ de possibilités, nous ouvrons des portes au travers de l’information donnée par nos clients. Elle est alors transformée en expérience, ce qui créé le changement. Beaucoup de personnes savent ce qu’ils devraient faire mais n’en font pas l’expérience. Bien sûr, il peut y avoir de nombreuses raisons à cela, et notre rôle est bien de les aider à s’ouvrir le chemin vers de nouvelles expériences.

Si cet article vous a plu, cliquez sur j’aime et laissez vos commentaires et vos avis ci-dessous.

Penser à partager, merci !

6 réflexions au sujet de “Comment progresser rapidement et apprendre efficacement ?”

  1. C’est un article intéressant.
    Je ne suis pas du tout un grand fan du foot, mais on peut comparer ça à Beckham et un physicien lors d’un tir au but. Le physicien aura beau avoir prévu tous les paramètres: la force nécessaire à la frappe, l’angle, la vitesse du vent, la pression dans le ballon etc, ses calculs auront beau être parfaits, je mise tout de même sur l’expérience de Beckham.

    Répondre
  2. L’article est intéressant, beaucoup de constatations vraies.

    J’aimerais rajouter que bien souvent ce qui empêche de passer à l’acte, est tout simplement la peur !
    La peur de ne pas être à la hauteur, la peur ne n’avoir pas bien compris, la peur d’être ridicule… etc .

    Pour l’hypnose et le changement : la peur de perdre ses avantages.

    La peur du vide ! « que me restera-t-il si je change ? Alors je ne parlerais pas de zone de confort, plutôt de zone d’inconfort.

    Apprendre, réfléchir et enfin tester pour comprendre, mesurer et créer d’autres apprentissages qui nous permettrons à nouveau de réfléchir, tester, etc…etc…

    Merci Laurent

    Répondre
  3. Je suis d’accord avec Isabelle : la peur ( on sait ce qu’on quitte mais on ne sait pas vers quoi on va) nous empêche parfois de mettre en place les changements.
    Lorsqu’on est en cours de formation, la peur de « mal faire » dans l’accompagnement d’un collègue/client peut aussi être un frein à un changement de comportement. « Je sais ce que je dois faire, mais je ne maitrise pas complètement, et si par une maladresse d’accompagnement je créais un autre problème à mon collègue… « .

    L’hypnose fait également beaucoup appel au ressenti; il faut changer son formatage et se poser la question  » qu’est ce que je ressens par rapport à ce qui se passe » alors qu’on a l’habitude de se demander  » qu’est ce que je pense de ça ». Nouveau langage.

    En tous cas, une des choses que j’ai apprise en formation d’hypnose: il faut prendre le temps de tritouiller ce qu’on a appris, de le regarder attentivement sous plusieurs angles, de le laisser résonner en soi.
    Donc du temps entre chacun des niveaux de stage. Un temps d’appropriation.

    Répondre
    • Oui, c’est souvent la peur, parfois elle s’affronte plus facilement qu’on ne croit, et d’autres fois il y a un travail à faire dessus. C’est aussi tout un paradoxe parfois, car c’est souvent quand on est tellement focalisé sur la peur de mal faire qu’on fait mal ! Les peurs sont souvent utiles, il ne s’agit pas de les supprimer totalement, mais de réduire leur niveau ou de percevoir leur utilité, le message qui est derrière. Avoir peur faire du mal à l’autre est génial, ça donne une vraie position basse, un rapport à l’autre important et une attention à l’autre utiles. Mais si cela empêche de travailler, d’expérimenter (comme la provocation par exemple), c’est certainement que la notion du « faire mal à l’autre » doit être redéfinie, ou descendre le niveau de cette peur.

      En formation c’est encore différent, c’est un cadre sécurisé (enfin normalement), les formateurs sont là pour ça aussi. En cabinet, après s’être installé, c’est je crois aussi assez important de lire, de continuer de se former, mais il faut bien tester !

      Je ne donne pas de réponse ici, mais je crois intéressant de travailler sur ce qui empêche de tester, de se lancer et d’expérimenter au lieu de faire comme certains que je vois parfois, de lire, lire, lire, se former, se re-former sans arrêt, comme s’il fallait être parfait pour accompagner. Il y a des critères essentiels, et les bonnes formations y prêtent beaucoup d’attention, le reste vient avec l’expérience.

      Répondre
  4. Passionnant. Je lutte contre ma peur de « mal faire » en me disant que la personne en face de moi est parfaitement capable de m’empêcher de mal faire, il suffit de l’écouter. Et pourtant, sans avoir le sentiment de maîtriser quoi que ce soit, et en me disant le plus souvent « mais qu’est-ce que tu es en train de faire? » — je me repose sur l’idée que l’hypnose c’est simple techniquement, et que finalement, c’est la justesse de l’accord – du rapport – et de l’intention qui comptent.
    (bon, après bien sûr, j’angoisse sur le thème : et mon intention elle est comment ?)
    Bref, je m’informe, j’expérimente, et je me sens dans l’état de confusion idéal… 🙂

    Répondre
  5. Entièrement d’accord avec toi Laurent très bel article.

    Il est indispensable de sortir de sa zone de confort pour pouvoir évoluer, changer !

    je suis un adepte de la sortie de ma zone de confort !

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

shares